Ngule FreemanArts Dessin Interview 

Ngule Freeman et Sir Mategus 1er

Partager c'est aimer!

Sir Mategus 1er : Merci Ngule Freeman de répondre à nos questions. Tu fais partie de ces excellents dessinateurs autodidactes. Comment est-elle née cette passion chez toi?

Ngule Freeman : Tout le plaisir est pour moi… D’abord je suis NGULE FREEMAN et dans le monde artistique je suis appelé NGULE ART?
Au fait c’est à l’âge de 5 ans que j’avais faits la découverte du dessin et de mon talent en même temps; vu que je n’ai pas fait la maternelle où les enfants font des petits gribouillages et coloriages en gros « le DESSIN. »
Du coup au primaire le dessin était quelque chose de nouveau pour moi et ça m’avais beaucoup plu, c’est à ce moment-là que j’avais commencé à exercer petit à petit ce métier en faisant des dessins par terre et des gribouillages sur mes cahiers…Et la partie la plus choquante de cette petite histoire est que, j’étais frappé, grondé et quelquefois découragé pour mes gribouillis. Au fait pour eux c’était comme des distractions inutiles (vu que ce n’était pas beau à l’époque ce que je faisais)?
Mais au fur et à mesure que je grandissais, cette passion qui fut petite, grandissait en même temps.
Et je n’avais pas abandonné malgré les critiques et les découragements…

Sir Mategus 1er : Aujourd’hui le dessin reste une passion ou bien est devenu une source de revenue financière ?

Ngule Freeman : Je dirais que, d’abord, c’est une passion et après c’est une source de revenue.
Écoutez, déjà le secteur de l’art n’est plus bas que plusieurs secteurs en Afrique et en particulier au Congo, du coup les gens n’ont pas tendance à consommer les œuvres d’art comme il faut (c’est un grand défaut)
Si moi personnellement avec le réalisme que je fais, je mettais l’argent en premier position, aujourd’hui je n’allais peut-être pas êtres interviewer ici… j’allais déjà abandonner depuis…
Vu que j’avais pris le risque de me spécialiser avec des outils (le crayon, stylo, crayon de couleur etc..) qui auparavant était considéré pour faire des esquisses, pour réaliser des œuvres avec la peinture, sculpture etc..
Mais on a pu faire un choix, question d’apporter un plus dans l’art congolais..
En gros je dirais que si beaucoup d’artistes tiennent le coup, c’est juste par passion.
Mais en dehors de cette passion qui m’anime, je considère ce métier comme boulot vu que l’art est maintenant un business pour moi donc voilà..

Sir Mategus 1er : Y a t-il des œuvres que tu souhaiterais partager avec nous ici ?

Ngue Freeman : Oui ! c’est un plaisir de partager ce que je fais avec vous et ceux qui nous suivent☺

Sir Mategus 1er : Voici trois mots, portrait – main – dessin. Saurais-tu les utiliser tous dans une seule phrase ?

Ngule Freeman : Ma main réalise le dessin en général, pas que des portraits.

Sir Mategus 1er : Merci Ngule … un mot pour finir ?

Ngule Freeman : Bon si j’ai droit qu’à un mot pas un message de la fin, je vous dirais juste « MERCI ».

Partager c'est aimer!

Related posts